L'Abbaye de Landévennec

 

L'abbaye de Landévennec

090-landevennec-ruines-ancienne-abbaye.jpg 

La nef ruinée de l'ancienne église abbatiale de Landévennec a été l'objet de très intéressentes

fouilles de la part des archéologues

 

          Trois personnages au confluant de l'histoire et de la légende règnent sur la presqu'ile de Crozon:

                     -saint Gwénolé, le roi Gradlon et sa fille Dahut

          Le plus simpathique d'entre eux, Gwénolé, est le fondateur d'une des plus anciennes abbayes

de Bretagne: Landévennec. L'historien Marc Simon, moine de Landévennec, a consacré un excellent

livre à son abbaye.

          Au milieu du XVème siècle Fragan et Gwen, la sainte aux trois mamelles, confient leur fils Gwénolé

à saint Budoc qui rassemble quelques disciples dans l'île de Lavret. Qelques années plus tard devenu

très instruit Gwénolé veut partir pour l'Irlande mais ses supérieurs lui demande de fonder un monastère en

Bretagne. Avec quelques compagnons Gwénolé s'installe dans l'îlot de Tibidy dans la ria de l'Aulne.

L'endroit est aride, les légumes ne poussent pas dans le sol infertile et le vent qui souffle en tempête

empêche de chanter les offices, aussi les moines se réfugient bientôt sur l'autre rive du fleuve

où ils fondent en 485 un des principaux centres de la vie spirituelle en Bretagne.

 

Fleche 

 

....Lire la suite....

 

large-screen-show1-q2rua.jpg

L'îlot de tibidy,sur l'Aulne,fut le premier refuge de la petite communauté réunie autour de saint Gwénolé 

          Gwénolé, abbé de Landévennec pendant près d'un demi-siècle, meurt entouré de ses moines

le 2 mars 532. La ferveur des Bretons en a fait un saint sans attendre le jugement de Rome.                                                                                

   Lorsqu'en 934 les Normands à cette époque brutes épaisses et sanguinaires, envahissent

l'abbaye les moines doivent fuir en emportant les reliques de leur fondateur. Ils repartirent lors de la révolution

en 1793, après beaucoup d'années d'abandon pendant lesquels la magnifique abbaye romane sera pillée

par toute sorte de vautours, Landévennec revivra lorsqu'en 1950 les moines de Kerbénéat viendront

reconstruire des bâtiments conventuels quelques dizaines de mètres plus haut sur les bords de l'Aulne.

          Jadis, une vieille tradition brestoise voulait que la première sortie d'un nouveau né soit pour

Landévennec. L'auteur de ses lignes, né lors de l'été 1938 chez ses parents comme c'était l'habitude à l'époque,

a donc vu là, pour la première fois, à quoi ressemblaient les arbres et le ciel un jour de septembre de la même

année. En toute franchise il n'en a guère le souvenir, mais on le lui a souvent raconté.

          L'empereur Louis le Pieux (814-840),fils de Charlemagne et d'Hildegarde, mauvais roi mais

bon chrétien imposa en 818 aux moines de Landévennec de suivre la règle de saint Benoît qui au début

du Vème siècle avait réformé la vie des religieux. Il est a noter que Benoît, originaire  Nursie en Ombrie

était un contemporain de Gwénolé. Comme lui il avait eu très jeune la vocation de suivre Dieu étant venu

étudier à Rome dès l'age de 14 ans avant de se retirer dans la solitude de Subiaco(Latium), pour fuir la ville

et ses tentations. Les quelques ruines, admirables au demeurant, que vous pouvez encore voir à Landévennec,

datent de l'époque romane. Les soubassements de la nef et du coeur sont d'un grand intérêt. Une tour dite

"tombe du roi Gradlon" mérite votre attention ainsi que la belle façade de l'église aux lignes très pures.   

porterie2.gif

nouvelle abbaye.www.infobretagne.com/abbaye_de_landevennec.htm

   

bouée page suivante          bouée accueil  

Date de dernière mise à jour : dimanche, 30 Avril 2017